L'Abbaye du Mont des Cats

 

 

L' Abbaye du Mont des Cats,

par Magali Le Maître.

Abbaye du Mont des Cats
Abbaye du Mont des Cats - © Magalie Le Maître

 

   En direction des Monts de Flandres, on découvre que le Nord a ses collines, verdoyantes en toute saison, peuplées de fiers Flamands, d’estaminets et de clochers.

 

   Lorsque j’étais enfant, mes parents nous emmenaient régulièrement, mes sœurs et moi, nous promener sur ces « hauteurs » parsemées de villages pittoresques, aux noms imprononçables. Ma balade préférée se situait à Godewaersvelde, au Mont des Cats, parce qu’en premier lieu j’étais fière de connaître la signification de cette appellation : nous étions en vérité « au Mont des Chats ». Descendus de voiture, nous traversions un bois pentu, chamarré de violettes au printemps, un véritable enchantement. Puis nous gagnions une ferme nichée dans un coin de verdure, que je serais bien incapable de retrouver aujourd’hui. L’agriculteur y vendait des fromages de chèvre à vous damner, un condensé de bonheur campagnard que nous ramenions le dimanche soir en métropole lilloise et qui fleurait bon dans la cuisine toute la semaine. Mais l’ultime joie se trouvait tout en haut de la côte. Au détour d’une auberge, on apercevait soudain la perle cistercienne, l’abbaye dominant la plaine de son humble splendeur. À l’époque, je goûtais moins les prières que les cartes postales et bougeoirs multicolores proposés en boutique.

 

   Et si devenue grande, j’apprécie les bières et fromages que propose toujours la communauté des moines trappistes, j’aime plus encore me recueillir auprès des frères qui accueillent le public à la chapelle lors d’offices réguliers chantés. Mon préféré est la prière du soir, qu’on appelle Complies :

 

COMPLIES

 

La cloche sur le mont sonne, annonçant complies.

 

Par la porte du fond entrent les ombres blanches,

 

Leur pas glissant sous l’aube et sous leurs longues manches,

 

Emplissant de leur foi l’espace, sans un bruit.

 

 

Une note fragile invite à la prière

 

Et des psaumes anciens s’élèvent dans le chœur,

 

Les frères célébrant l’amour et le Seigneur,

 

Emplissant de leurs voix mon âme toute entière.

 

 

La pénombre enveloppe nos cœurs silencieux

 

Et la lumière inonde la Vierge Marie,

 

Le Salve Regina comme un hymne à la vie,

 

M’emplissant de la joie d’avoir retrouvé Dieu.


 

 

 

 

Retrouvez l'abbaye du Mont des Cats dans l'intrigue du roman policier Quelqu'un comme elle, de Magali Le Maître, aux éditions Fleur Sauvage.

Écrire commentaire

Commentaires: 0